• La 5G: est-ce utile, pratique, vital, superflu, ... ?

    Quel plaisir de pouvoir voir une vidéo en streaming, couché sur une couverture douce en pleine nature, au bord de l'eau, telle une finale de Grand Chelem que l'on ne veut pas manquer par exemple. Le tout accompagné d'une juteuse grillade, d'une bière fraiche et d'une bonne salade, posé à l'ombre sous un parasol. Ahhh le bruit de l'eau, léger clapotis, le frais frisson du vent longeant les rives, au loin quelques rires d'enfants... et surtout une balle de match de grande émotion qui clos un suivi de tournoi haletant et passionnant! L'émotion passée, l'on reprend son cour normal, couché sur le dos, les yeux au ciel, protégé des UV par un chapeau. Et on pique un petit somme. Ce genre d'expérience n'est de loin pas unique, elle se reproduit à chaque minute quelque part sur la planète, et j'imagine que cela vous est déjà arrivé.

    Cet exploit magnifique, qui permet une liberté totale de temps et de mouvement, n'est possible que parce que des antennes relaient par satellites en direct sur un smartphone des échanges de données gigantesques, modifiées en images par secondes, de manière quasiment instantanées. Il faut dire que je suis chanceux, par rapport aux gens sur place à Paris (car le Grand Chelem en question se déroule sur la terre battue), plusieurs points de vue et de magnifiques ralentis sur des chaussures ou de la terre qui vole me sont offerts, une mimique de puissance musculaire sur la face d'un joueur déterminé me captive un moment, et j'ai la possibilité de revoir le point juste après, encore et encore (avec la fonction "retard" 10 ou 30 secondes) puis de reprendre le tout en live (avec la fonction "live" de l'application vidéo).

    Franchement, c'est pas beau la vie? Vive les congés payés! ;-) Mais....

    Quel est ce besoin... en si haute définition ?...

    Cette technique décrite, vous le savez déjà, inonde notre quotidien surchargé. Elle s'appelle la 4G. Pensez-vous avoir déjà atteint un paroxysme de béatitude et de finitude de votre existence aussi grand, d'avoir eu autant de possibilités techniques sur un budget aussi risible? (C'est le même prix d'un abonnement d'il y a quelques années, mais avec un "téléphone" 10 fois, 20 fois plus puissant, une résolution imbattable pour une capacité de stockage en taille dans "l'Univers" pratiquement sans limites).

    Pour ce qui est de Roland Garros, franchement, comment se plaindre? Quelle économie sur le prix du billet et sur le déplacement! Il y a donc bien quelques effets positifs? Bon, bien sur, cela n'a rien à comparer avec la joie subtile de faire partie des privilégiés qui vivent le moment en direct live à quelques mètre des top mondiaux. Mais qui aurait imaginé il y a quelques décennies, pareille opportunité pour un commun des mortels comme moi?

    Pourtant, l'évolution technologique n'attendant pas, voilà qu'on nous suggère de passer du 4 au 5 sur l'échelle de "G". Je me demande bien pourquoi faire: connecter ma voiture, mon frigo, ma télé, ma femme et mes enfants? ou alors vivre le même genre d'événements au bord de l'eau avec un écran 10x plus grand (mais qui va le porter)? Ralentir le ralentis encore plus, pour étudier la morphologie musculaire de la mâchoire déformée par l'effort? Vivre en 3D instantanée comme si j'y étais, avec un casque virtuel sur la figure, la balle de match du futur champion? Et pourquoi pas pouvoir l'arrêter dans son élan, me figer, me mettre à la place du juge de ligne, scruter la bande blanche, relâcher l'option pause et valider le out libérateur? Ou alors être à côté du champion lorsqu'il soulève la coupe, comme si j'étais un protagoniste durant la partie? Etc etc.

    Ne plaisantez pas, ces idées loufoques ont surement déjà germées dans les esprits innovateurs des promoteurs de technologies infinies. Pourquoi s'en priver, si les formules mathématiques scientifiques ne nous l'interdisent pas, et qu'il reste quelques kilos de terres rares? Car la vraie question est : quand arrêterons-nous cette course sans fin sur l'expérience informatique? 

    Quelques milliards de pauvre et quelques connectés virtuels sans freins.

    Dans la vidéo ci-dessous, le scientifique français Aurélien Barreau, connu des internautes avertis car représentant une forme d'activisme contre le réchauffement climatique (du moins maintenant surtout des conséquences), décrit parfaitement les enjeux de cette poursuite technologique. Come je n'ai pas d'argument d'autorité, et que de nombreuses personnes en ont besoin pour se forger une opinion, je pense que ses propos ciblent la même vision que celle de votre serviteur.

    Alors qu'il y a 25 ans, mes softwares (outils) pour construire des immeubles, des écoles, des quartiers, des villas etc. s'appelaient Caran d'Ache, Roetring et Stadler, que mon hardware consommait la quantité (en période de faible luminosité seulement) d'une ampoule de 40 watts (d'ailleurs, c'était une ampoule de 40 watts), aujourd'hui, pour se projeter soi-même une idée, un détail sur un projet, la soumettre à mon collègue pour être sur qu'il la verra plus tard (là il est occupé), je dois me munir d'une souris (plastique et qui fonctionne sur batterie lithium), d'un ordinateur constamment en éveil (sauf quand je rentre, quand même), et d'une connexion Wifi, autouroute porteur de mails, qui seront stockés provisoirement de l'autre côté du globe. Ce collègue en question, jettera un œil rapide et hagard en 3 dimensions sur l'idée à traiter, par le biais d'un deuxième écran plat (le premier étant ouvert pour d'autres tâches urgentes), et d'un Hardware venu après un tour en bateau depuis l'Asie, développé par des Américains, etc etc vous m'aurez compris, pour trancher en quelques secondes par exemple qu'il faudrait refair le même mais d'un autre matériau, pour voir. Pensant peut-être à tort que le format digital est moins polluant que le format papier de l'poque, puisque non à portée de main...

    A l'époque donc, on crayonnait simplement et rapidement quelque chose, les réunions étaient planifiées, le collègue écoutait les diverses idées, se représentait les spécialités en instantané dans son esprit (mieux que si elle existait vraiment d'ailleurs), puis tranchait celle-ci. Le papier partait au recyclage, le plus souvent, parfois directement sur le chantier après une copie à la photocopieuse (pour la sauvegarde), et c'était clos...

    Qui pourrait nous calculer la différence carbone entre mon époque et celle d'aujourd'hui?

    ... Tiens, je viens de recevoir un email m'indiquant que le programme de visualisation doit effectuer une mise à jour pour être compatible avec la dernière carte graphique supportant l'augmentation de bits  pour afficher en live les fines herbes sur la 3D du gazon... Potentiellement, je devrais refaire un complément de formation (prendre ma voiture, car les horaires ne sont pas compatibles) pour maitriser cette dernière, car quelques add-on ont été rajoutés. Mais j'y comprends rien alors ce serait dommage de ne pas en profiter ! .. 

    Empire State Building, Tour Eiffel, Musée du Louvres, ...

    Bref, très souvent, dans mon métier, on a l'occasion de réfléchir à tout ça, se demander comment on faisait auparavant. Bien que je doive quotidiennement m'y contraindre (comme un jeu vidéo forcé, pourquoi pas d'ailleurs, c'est rigolo), et bien que certaines fonctions sont intéressantes (d'ailleurs sinon la poubelle serait pleine), je ne peux m'empêcher de penser que, ayant atteint une habileté technique et une rentabilité certaine qui devraient me mettre sur les rails jusqu'à lâge de la retraite, ce craon magique suffirait largement à mon bonheur...

    Et bien non! On me propose maintenant de passer à la 5G ! 

    N'y avait-il pas quelqu'un qui avait parlé de climat un jour?

    Bref vous m'aurez compris... Le temps n'est plus à la fonction gadget... Nous devons stoper cette expension superflue, sinon nous n'avons rien compris. Nous devons dire stop! Je ne parle pas des problèmes de santé hypothétiques, qui pour moi ne sont pas concrêts. L'aspect scientifique m'a rassuré sur ce point, je suis du même avis aussi que M. Barreau. Mais pour ce qui est de l'implication énergivore, je pense qu'un rapide calcul "mental" (c'est-à-dire de pure logique) doit nous permettre de répondre instantanément à la question : quelle avancée rééellement indispensable cette technologie nous apportera de plus, que nous n'ayons rééllement pas d'autre choix que de ne pas nous en passer?  

    Bon visionnage! Vos commentaires m'intéressent...

    Pierre Anken Zhao.

     

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Et pourquoi cette si longue pause? Quoi de neuf ?

    Bonjour à tous! A vrai dire, trop de temps s'est écoulé depuis le dernier post (et j'en suis bien triste, j'en ai conscience, que voulez-vous.... Errare humanum est !). Je vais vous expliquer tout cela et vous donner quelques contours des futurs posts à venir...

    Des changements (non climatiques) et des améliorations...

    Dans mon parcours personnel, toujours actif dans l'écologie et l'architecture, mon chemin s'est un peu densifié de manière imprévue et spontané. J'ai donc du me concentrer sur des priorités bien concrètes et mes nuits sont devenues courtes ! courtes ! parfois inexistantes! Le blog de l'atelier n'étant pas central, j'ai cédé sous le poids du quotidien pour servir les échéances urgentes avec le moins de résultats négatifs possibles. Ce qui au final, tant bien que mal, (quand même du mal j'avoue) fut fait. 100% réalisé, mais avec quelques séquelles physiques (mais tout va bien maintenant), et autres reports de délais pour des activités particulières, tel la réflexion écolo ici présente.

    Un petit voyage en Chine tout de même, l'été passé, en tournée avec mon groupe de musique : TAKOTSUBO (@takotsubo_group si vous voulez nous suivre sur Instagram... ou sur facebook, même nom si jamais), ce qui m'a permis de voir un peu plus encore du pays, cette fois plus de nature, et de constater l'impressionnante et continue évolution de l'empire du milieu (à l'époque, pas de virus déclaré médiatiquement, tout va bien). 

    Ce pays de contrastes! Dans lequel vous pouvez autant y voir, y ressentir, y conscientiser l'effet Titanic de l'inertie économique sur le climat, mais en parallèle, y sentir un réel potentiel puissant de solutions rapides et de mise en œuvre engagée ! Ce qui chez nous n'est pas aussi fort. Oui notre situation de départ est bien meilleure, mais non, notre système politique et culturel ne nous permet pas au final d'aller plus vite et mieux non plus!

    Bref, de retour sur la toile !

    Ayant repris un rythme un peu plus serein, mais cela ne va pas durer bien sur, je retourne au clavier pour répondre aux invites régulière d'eklablog, me disant qu'ils s'inquiètent de mon absence (pourtant je ne place pas de pub sur mon blog - du moins pas encore). Et donc, je prendrai comme résolution en 2020 d'être beaucoup plus actif et régulier.

    Tiens je vous propose en guise d'apéro de jeter un œil sur le lien cliquable ci-après, appartenant à une connaissance proche, qui commercialise des solutions pour des toilettes réellement écologiques et pratiques : zerotoilet.ch/

    Je ne touche pas un centime pour cette petite promo, mais ma conscience personnelle s'en trouvant grandement améliorée, j'y trouve mon compte.

    ;-) Ca n'a pas de prix en ce moment, amis terriens!

    "Et quoi d'autre, mister Reflex?"

    Je vais prochainement vous résumer, dans un post, les dernières idées sur le sujet de l'écologie en général. Le temps pour moi de mettre en place une méthodologie parfaite pour produire de bons écrits au moins une fois par semaine (j'imagine les publications pour les vendredis à midi).

    Mais en quelques mots, bientôt ici même :

    - vous pourrez suivre le démarrage et l'évolution d'un projet de villa écologique, projet original sous mon initiative et ma conduite. Dont ce blog sera un des vecteurs de l'avancement (en plus des blogs hebdomadaires, rassurez-vous haha).

    - un personnage de BD sera crée en lien avec le blog (du moins, la reprise d'un ancien de mes cartons qui fera l'affaire, j'ai une piste). Ceci afin d'animer un peu et rendre plus ludique ces rébarbatifs textes. Dans l'idée d'un dessin de presse hebdomadaire reflétant l'actualité.

    - Une partie sondage régulier, sur les solutions écologiques existantes, verra le jour sur une fréquence mensuelle (ou plus ou moins mensuelle: attention, parfois aussi je pars en vacances ;-) )

    - un lien vers le magasin écologique auquel je participe activement à la création (mais pas assez à ce jour pour vous en dire plus par un lien effectif - bon de toute façon les fournisseurs chinois sont bloqués à la maison... patience !). Il permettra à certains de continuer à consommer de manière intelligente et positive pour la planète. Je n'en dis pas plus !

    - plus de communication du blog (trop confidentiel), du coup plus d'interactions j'espère, du coup à un moment donné, plus de trafics, donc des publicités ciblées écologiques. Quelle que soit la méthode ! 

    Voilà pour le moment, à moi de tenir parole, ou de disparaître à jamais.... Je vous souhaite d'être prêts au changement, car celui-ci est inéluctable. Pour le vivre dans la joie, un petit lien humoristique bien de chez nous : Thomas Wiesel

    A vendredi prochain donc ! Votre serviteur :

    Pierre Anken Zhao

     

     

      

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Vivre sur la paille, ça vous tente?

    La période mouvementée écologiquement que nous connaissons est propice à la résurgence de nombreuses techniques de construction oubliées, qui refont surface et grignotent petit à petit une part de marché en belle évolution.

    La paille, véritable matériau éprouvé de nos ancêtres, en est un parfait exemple. Quelques architectes dont la réputation gagne du terrain pointent enfin le bout de leur nez, tel l'architecte Werner Schmidt, de Trun (en Suisse), qui en a fait sa marque de fabrique, et qui dépasse la simple utilisation brute du matériau pour sublimer également la forme. Qui a dit que l'écologie ne devait être que fonctionnelle?

    D'une capacité thermique valant le polystyrène expansé, à condition que l'on adapte la technique de pose pour atteindre, à épaisseur quasi similaire de 38-39 cm à un type de construction périphérique classique, une valeur U similaire, la paille permet d'atteindre la performance convoitée de 0,18 W/mk valable pour une labellisation MINERGIE® (référence de haute qualité énergétique en Suisse, ce Label étatique devient pratiquement une norme de construction obligatoire dans bientôt tout le pays). Vous n'y croyez pas?

    Faites vous-même le calcul! En comparant une construction type traditionnelle, incluant des parpaings de 20 cm en béton et 16 cm de polystyrène expansé, crépi intérieur et extérieur de 1 cm en finitions, vous obtiendrez les mêmes valeurs qu'une ossature bois porteuse de 15x15 cm, d'un enduit de terre de 2 cm intérieur, et d'une ossature complémentaire de croisement de 4x4 cm, avec un magnifique enduit à la chaux de 2 cm en façade (référence: https://atba.ch/contact/).

    A moins que vous n'optiez pour un mur en monolithe de bottes de paille, d'une épaisseur de 80 cm et de 2 x 2 cm de revêtements, qui avoisinera alors les 0,09 W/mK de coefficient U !! En plus d'avoir l'avantage d'être porteur! I Il serait bon à propos que la législation s'adapte un jour, afin de prendre en compte non pas le pourtour du bâtiment, mais bien l'intérieur net, dans les mêmes mesures, et de laisser libre cours aux épaisseurs les plus avantageuses thermiquement dans des constructions efficientes! L'économicité de la zone brute, murs extérieurs surtout pour maximiser les indices, étant souvent également un facteur de choix dans les méthodes de sélectionnées. 

    TALON D'ACHILLE?

    Bien entendu, le premier aspect qui vient à l'esprit, quand on parle de paille dans la construction, est inévitablement la protection incendie, avant celle des nuisibles (qui il faut le savoir, ne nuisent plus une fois le crépi posé!). Inutile de rappeler le mythique conte pour enfants des trois petits cochons! Les fables ont la vie dure, et dans ce contexte, rien ne vaut une explication de professionnels ad hoc, tels des troupes de sapeurs pompiers du Val d'Oise, dans l'émission scientifique et pédagogique "on n'est pas que des cobayes", de la chaîne France 5. Dans laquelle on explique aux jeune pousses scolaires, les résultats concrets d'un véritable incendie provoqué! A voir absolument (et le reste de l'émission, bien foutue, aussi d'ailleurs - si vous en avez le temps en famille). La vidéo qui nous intéresse:

    UN MATERIAU NOBLE?

    Renouvelable, recyclable, locale, isolante, peu chère à l'achat, chaleureuse ET résistante au feu, d'une faible consommation en énergie grise*, la paille a de quoi attirer de nouveaux marchés. Son soucis principal? Hormis la réputation déjà évoquée et la longue vie des clichés dans le domaine, son principal défaut reste son coût en main d'œuvre pour la pose. Mais là aussi, des perspectives se dessinent. De plus en plus d'associations se proposent en effet d'aider les propriétaires passionnés, par le biais de chantiers participatifs qui voient de plus en plus souvent le jour mais surtout, la clé d'un succès à venir: des producteurs investissent le marché en proposant des blocs d'ossatures sur mesure, fabriqué en kit dans d'autres pays*, pour des coûts réduits (références sur les sites des producteurs, pour avoir les tarifs à jour).

    (*je vous vois argumenter mais attendez la courte analyse sur le sujet plus bas).

    L'avantage d'une telle proposition d'achat, est que vous planifiez votre projet plus facilement, et ne vous souciez plus de la pose. Vos ossatures et votre paille sont livrés prêts à poser, et votre délai de construction en est sensiblement raccourci!

    Quelques fournisseurs à visiter: 

    1. naturel-home.fr

    2. isopaille.fr

    3. pailletech.be

    4. easygreen.pro

    5. echopaille.fr

    Deux regroupements de professionnels: 

    Réseau Français de la Construction en Paille : RFCP (France) 

    la maison nature (Suisse)

    _____

    *Energie grise: un écobilan pas si facile à tirer:

    La belle initiative de tout constructeur de vouloir travailler localement, s'arrête souvent à l'achat de matériaux de construction que l'on ne trouve pas chez nous (dans leur matière première souvent). L'idée, l'envie, sont louable, mais l'étude de cas est parfois trop simpliste, et ne plaide souvent qu'au statuquo. Pourquoi?

    Lorsque l'on achète en Suisse, par exemple une voiture, un ordinateur ou un téléphone, voir un plan de travail pour une cuisine en véritable marbre de Carrare, on ne se formalise pas vraiment de l'approvisionnement de l'élément convoité. Encore moins de son énergie grise utilisée pour le fabriquer ou le transporter. Encore moins de la santé des travailleurs. On s'intéresse principalement à sa fonction, et prioritairement avant tout à son prix. Mais lorsqu'il s'agit d'isolation, ou de matériau de construction au sens large, alors les levées de bouclier se font légions dans les défenseurs locaux autoproclamés.

    Ainsi, préférant utiliser du polystyrène "local",  (qui a quand même ses vertus il ne faut pas le dénigrer), pour lequel la matière première provient, qui ne le sait pas, de bases pétrolifères très loin d'ici, le coût de revient étant fortement attrayant de par sa production dans des pays au niveau de vie indécents, on contribue ainsi à aggraver la situation en matière de CO2.

    Mais acheter de la paille en France voisine ou en Autriche (voir un peu plus loin)? "Ah non, surtout pas!", entend-on souvent. Pourquoi donc? Le calcul de l'énergie grise, pour tout propriétaire soucieux du porte-monnaie et de la planète, doit être pris dans son ensemble, et l'aspect social ne doit pas être négligé. D'autant que nous sommes contents d'accueillir quelques touristes Français ou Autrichiens qui viennent dépenser en retour un peu de ce qu'on leur achète, dans nos alpages et nos stations, pour le plus grand plaisir de notre PIB. Qu'en pensez-vous?

    Le débat est ouvert! :-) 

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • - "Quelle est la partie de la maison où l'on se trouve le plus dans la journée?"-

    - REPONSE: l'extérieur!

    J'ai plaisir a donner en boutade cette vérité absolue, pour faire réfléchir les propriétaires, sur l'investissement important à mettre sur les extérieurs. Que ce soit chez soi ou en déplacement, ou encore proche de son travail, on ne se préoccupe que très rarement des aménagements extérieurs. Préférant un beau plan de cuisine, ou des appareils sanitaires hauts de gamme, de trop nombreuses villas ont un soin poussé pour les choix intérieurs, et on dirait se contenter d'un simple gazon et quelques dalles de ciment pour toute verdure. 

    Pourtant, que ce soit à pieds ou en voiture, en chemin, ou encore depuis son canapé ou sur sa terrasse, combien de fois nos yeux se portent sur la verdure au dehors? Et bien, plus souvent que sur le poste de télé!

    Il est vrai que le prix est l'argument prioritaire lorsque l'on construit. Encore plus lorsqu'il s'agit de s'investir personnellement durant l'année pour entretenir toute la diversité choisie.

    Il y a peut-être une solution: la permaculture! Elle demande moins de pesticide, moins d'infrastructure spécialisée, et garantis, en plus d'une culture naturelle et bio des potagers et floraisons, un cycle de vie sain pour les petits insectes et les quelques espèces animales qui viendront animer votre jardin.

    J'ai choisi deux sites qui sont bien faits sur le sujet, pour que vous puissiez vous inspirer, et peut-être commencer l'aménagement de votre espace, et avec tous les conseils utiles pour bien appréhender cette méthode particulière.

    A ceux qui parlent gros sous, imaginez les économies sur votre potager, vos légumes, vos fruits. Imaginez, avec une machine à sécher, les cadeaux que vos enfants amèneront lors d'anniversaires, ou d'autres fêtes, avec de jolies fleurs, qu'ils offriront à grand-maman ou aux copains, copines! Imaginez aussi l'économie de fitness, lorsque vous travaillerez la terre en rentrant chez vous. Et l'économie de temps qui va avec!

    Imaginez aussi, le jour où vous vendrez votre bien immobilier, la valeur qu'elle aura prise avec de beaux fruitiers, un joli bassin, un potager foisonnant, des fleurs parfumées et des arbustes vifs et bien proportionnés.

    Et si une année, les récoltes sont mauvaises, ... restera le magasin le plus proche. Mais vous aurez forgé de beaux souvenirs pour pas trop cher! Et serez fiers d'inviter vos voisins pour un barbecue gargantuesque dans un cadre magnifique!

    Bref, rien de tel qu'investir pour son extérieur, de l'accueil de la maison à la place de pétanque, ou du mangeoire à mésanges au pommier habitable (cabane en prime)! Ou que sais-je encore, les possibilités sont infinies, et les budget pas forcément gourmands!

    Sites spécialisés:

    https://www.permaculturedesign.fr/

    http://exterieursdesignmagazine.fr/

    Pensez-y: un extérieur se dessine avec autant de soin et d'intérêt qu'un séjour ou une salle de bain! Et cela peut animer vos façades, ou amener votre visiteur, ou encore créer des espaces personnalisés dans un quartier de villas! Ou que sais-je encore! 

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Cela fait longtemps que je ne vous ai écris, période chargée. Juste quelques mots, pour vous indiquer un lien d'une chaîne YouTube intéressante, qui vulgarise la science de manière fraiche et efficace ! Enfin ! :-)

    Lire la suite...

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires